Des histoires inspirantes d'anciennes résidantes


Témoignages


Voici quelques témoignages de femmes qui ont séjourné à la Maison Raymonde-Chopin-Péladeau


parallax background

Kat, 32 ans

“WOW!!! Aujourd’hui je suis dans la gratitude accotée! Je suis tellement fière de moi. Fière des progrès immenses qui se sont produits en moi depuis 1 an. L’an passé à cette date, j’ai eu l’ultimatum de ma vie. J’avais le choix entre la prison, le suicide et l’hôpital, ou bien de me choisir, de choisir la vie. Heureusement, j’ai choisi la vie, comme elle se doit d’être vécue! Je suis privilégiée d’avoir une sœur aussi persévérante et un ex-conjoint aussi entêté, ainsi qu’une mère aussi généreuse! Grâce à leur intervention, j’ai été au pied du mur, ce qui m’a fait appeler à la MRCP (Maison de thérapie).

Je vivais une vie misérable, dans la déchéance et la peur. Je consommais pour me vendre et je me vendais pour consommer. J’étais prise dans un cercle vicieux. Je venais de perdre ma meilleure amie, Angie, qui s’était suicidée. Je survivais, je ne vivais plus. J’étais trop peureuse pour me suicider, alors je me tuais à petit feu, avec toutes sortes de drogues, l’alcool, le sexe. Je ne mangeais plus et je ne dormais plus. Je m’étais résignée à vivre cette vie pitoyable. Je croyais que c’était le sort que je méritais. Je n’avais plus d’estime de moi, encore moins d’amour propre. Je rêvais en cachette de mourir très jeune, d’avoir le cancer ou un accident mortel. J’avais continuellement honte de moi. Je faisais tout pour plaire aux autres, tout pour leur prouver que moi aussi j’étais quelqu’un! Tout pour être aimée, appréciée et acceptée…

Quel progrès j’ai accompli en une année! En premier lieu, j’ai arrêté de consommer et de me vendre. J’ai recommencé à me sentir, à avoir des émotions et à les exprimer au lieu de les refouler. J’apprends à m’aimer, à me respecter et à en faire tout autant avec les autres, qui me le rendent bien. J’agis selon mes valeurs, ce qui reconstruit mon estime de moi. Je suis maintenant capable de faire confiance aux autres. J’ai arrêté de les utiliser et de les manipuler. Je fais maintenant preuve d’honnêteté, d’intégrité, d’altruisme et de compassion.

J’ai fini mon secondaire et je suis maintenant inscrite au CEGEP en Éducation Spécialisée. J’ai un bon plan de carrière et je vois l’avenir sous un jour meilleur. Mettre mes expériences de vie à profit pour aider les gens qui en ont besoin. J’ai trouvé ma vocation. J’ai appris à vivre un deuil constructivement et ainsi j’ai pu faire le deuil d’Angie. J’ai entrepris une psychothérapie pour soigner mes traumatismes et remédier aux conséquences qu’ils ont sur ma vie.

Le plus important de tout, j’ai retissé les liens avec ma tendre famille et avec ma petite puce chérie! J’ai de nouveaux amis, des vrais, avec qui je peux être moi-même, sans peur d’être rejetée. J’ai reconnecté avec ma Puissance supérieure et avec mon âme.

L’étincelle dans mes yeux est revenue. J’ai retrouvé la joie de vivre et je mords maintenant dans la vie à pleines dents. L’espoir fait de nouveau partie de mon être! Et ce n’est que le début! ”.

Julie, 23 ans

“Qu’est-ce qui a changé dans ma vie depuis que je me suis fait le cadeau d’entrer à la Maison Raymonde-Chopin-Péladeau? Bien que j’aie essayé de trouver les mots qui pourraient exprimer mon expérience de façon concrète, je n’en ai pas trouvé d’assez puissant ou vibrant, alors je dirai simplement tout. Je suis arrivée dans ce havre de paix la mort dans l’âme, la peine au cœur et la fatigue au corps. Il y avait longtemps que j’avais perdu tout respect, amour, ou fierté pour ma personne. Je pensais sincèrement que ça serait un vrai enfer de cesser de consommer pour me rendre compte lors de mon séjour que l’enfer, je le vivais depuis plusieurs années déjà. J’étais esclave de l’alcool et de la drogue et il était temps que je me libère, car je ne vivais plus, j’existais, je survivais. Le centre de thérapie m’a permis d’apprendre à m’aimer, à retrouver confiance en moi mais surtout de sentir à nouveau une fierté et une envie de vivre pleinement ma vie.

J’ai été accueillie dans un environnement chaleureux, avec une équipe bien organisée et préparée à me remettre sur pied. Un endroit où les gens ont su me mettre en confiance, où je ne me suis jamais sentie jugée mais enfin comprise dans tous mes travers. La maison m’a enseigné des choses qui paraissent si banales par leur évidence, des choses qui sont pourtant si souvent mises de côté par le tourbillon qu’est la vie, des choses qui pourtant me paraissent maintenant si essentielles. Comme quoi? Et bien tout simplement prendre soin de moi, être à l’écoute de mes besoins les plus primaires soit manger de façon saine, dormir convenablement et suffisamment, avoir une discipline de vie me permettant un meilleur équilibre entre mon corps et mon esprit.

Depuis ma sortie, j’ai des projets et des rêves à nouveau, je n’ai jamais été aussi bien, en santé et en forme. Ma famille et mes proches me font confiance à nouveau mais le plus important c’est que moi je me fais confiance à nouveau et que je crois que je peux réussir tout ce que j’entreprends. Je ne vois plus ma vie comme une succession d’échecs, mais plutôt comme un nouveau départ, remplie de beaux défis. Je n’aurai jamais assez de mots pour vous exprimer et vous faire comprendre à quel point cette décision à changé ma vie et de façon si positive.

Si tu me lis, que tu es découragée et que tu sens que ta vie ne correspond vraiment plus à tes aspirations, appelle! Si tu es fatiguée de vider des bouteilles, de trouver des sacs vides partout, appelle! Si tu veux sourire, rire, et prendre plaisir à vivre, stp appelle! Mais surtout, si tu veux apprendre à aimer la vie à nouveau, à t’aimer à nouveau, stp prends le téléphone et appelle! Fais-toi ce cadeau et je te promets qu’ils te montreront la voie et t’aideront à faire les premiers pas vers une vie où la tristesse fait place au bonheur.”

Huguette, 63 ans


“Un bon matin, je me suis décidée. J’ai pris tout le courage qu’il me restait, j’ai téléphoné et je suis entrée en thérapie. Je savais qu’il était temps, les six derniers mois avaient été catastrophiques. Je ne sais pas pourquoi, mais ce matin-là, j’ai pris ma décision et SURTOUT, j’ai senti que je la prenais pour moi! Que peu importe ce qui arriverait, JE ME CHOISISSAIS. J’ai senti qu’une chance m’était offerte; j’avais à choisir entre vivre ou mourir.

Dès mon arrivée, j’ai tout de suite su que j’étais à ma place dans cette Maison. Il y avait une intimité respectueuse entre nous, intervenantes et résidantes, me permettant d’ouvrir mon coeur, ma vie même, afin de comprendre, accepter, pleurer mes blessures, les assumer et pouvoir enfin vivre avec.

Moi qui ai souffert d’insécurité toute ma vie, j’ai trouvé à la Maison, le refuge dont j’avais tant besoin. C’est comme si je leur disais: ”Je vous en prie, prenez-moi, aidez-moi, ne me laissez pas si seule avec ma souffrance, faites quelque chose”. On m’a accueuillie, soutenue, aidée et ce, sans jamais m’infantiliser. J’ai enfin compris qu’on pouvait m’accompagner mais que c’est moi qui devais reprendre contact avec mes besoins, mes forces, mes attentes, mes rêves, ma vie; tout ce que je buvais depuis tellement d’années. Mon abstinence est devenue ”mon affaire”, aller au bout de moi-même, ma motivation.





J’avais aussi besoin de comprendre. Pourquoi moi? Comment est-ce arrivé? Mon séjour à la Maison a répondu à beaucoup de questions et j’ai continué mon cheminement par la suite.

Je me sentais un peu triste de quitter ce lieu sécurisant lors de mon départ de la Maison mais je me sentais bien confiante et j’avais en tête un mot qui demeure toujours très proche dans mes pensées: vigilance.

Deux ans que je ne consomme plus. Du tout. Depuis, je suis retournée aux études. J’ai aussi appris que mon conjoint est atteint d’un cancer incurable. J’aurais pu consommer mais j’ai CHOISI de ne pas le faire. Je sens très présente ma force intérieure, ma motivation et la responsabilité de ma vie.

Quand je pense à la Maison, cela m’aide toujours à m’enraciner dans mon choix de ne pas consommer. Elle a été mon point de départ de non-consommation et est maintenant mon point d’ancrage. Elle est et restera le nid où j’ai appris à voler…..sans béquille.”


Plus capable de vous arrêter? L’un de nos centres d’aide et de soutien à la désintoxication peut vous aider.