Nous traitons les dépendances depuis plus de 40 ans


Mission & philosophie d'intervention


Nous croyons que les personnes dépendantes à l’alcool, aux drogues ou aux médicaments méritent d’être respectées et traitées avec dignité


parallax background

Les Maisons Péladeau ont comme mission sociale d’aider les hommes et femmes qui sont aux prises avec des problèmes d’alcool, de drogues ou de médicaments à devenir sobres, à retrouver un sens à leur vie, à favoriser leur autonomie et leur estime de soi et, en conséquence, à développer une qualité de vie nécessaire au maintien de cette sobriété.

En 1956, l’Association médicale américaine a reconnu que l’alcoolisme était une maladie. Cette maladie entraîne des coûts énormes pour la société, mais plus particulièrement pour la famille et l’entourage des personnes qui en sont atteintes.On ne guérit pas de l’alcoolisme, mais ses effets peuvent être enrayés en cessant toute consommation. Nous privilégions donc la voie de l’abstinence dans le processus de rétablissement.

Nous croyons que les personnes dépendantes à l’alcool, aux drogues ou aux médicaments méritent d’être respectées et traitées avec dignité. Par ailleurs, nous considérons que leur état résulte d’une maladie qui affaiblit ou paralyse leur volonté. Non coupables, ces personnes n’en ont pas moins la responsabilité de prendre soin d’elles-mêmes.

L'approche thérapeutique


Dans les Maisons Péladeau, nous préconisons une approche globale de la personne, basée sur différents modèles d’intervention. Notre approche thérapeutique repose sur des modèles humanistes, behavioraux – cognitifs et sur le modèle Minnesota qui intègre le programme de rétablissement en 12 étapes des regroupements anonymes.



Cette approche professionnelle favorise avant tout la prise de conscience, la responsabilisation, les apprentissages et les expériences favorables à des changements d’attitudes et de comportements. Cette approche prend en charge toute la personne : corps, âme et esprit. Pour être efficace, le traitement de la dépendance doit donc tenir compte des aspects physiques, mentaux et spirituels de l’individu.

Toute pathologie confronte l’être humain à ses limites et à sa condition d’être mortel. Le traitement de la dépendance doit donc tenir compte de la dimension spirituelle de la personne. Pour le résidant, cela implique la reconnaissance de ses carences personnelles, de ses vulnérabilités, de la nécessité d’augmenter la qualité de sa vie spirituelle et l’acceptation de l’aide qu’on lui offre.

Depuis plus de soixante-dix ans, le Mouvement des Alcooliques Anonymes, par son programme basé sur douze étapes, permet à des millions d’alcooliques et à leurs familles de mener une vie heureuse, productive et épanouie. Cependant, nous ne sommes aucunement rattachés à ces mouvements et n’en engageons d’aucune manière la responsabilité.
parallax background

Kat, 32 ans

''WOW!!! Aujourd’hui je suis dans la gratitude accotée! Je suis tellement fière de moi. Fière des progrès immenses qui se sont produits en moi depuis 1 an. L’an passé à cette date, j’ai eu l’ultimatum de ma vie. J’avais le choix entre la prison, le suicide et l’hôpital, ou bien de me choisir, de choisir la vie...''


Lire la suite

Antoine, 28 ans

''Il y a trois ans déjà aujourd’hui, je rentrais au Pavillon Pierre-Péladeau pour me débarrasser de mon problème de dépendance à l’alcool. Complètement battu, j’arrivais chez vous dans le but premier de prendre des vacances de moi-même. J’étais prêt à tout faire ce que vous me diriez pour cesser de me battre contre moi-même et donner un répit à mon corps et mon esprit. Bien sûr, je savais que la thérapie...''


Lire la suite


Plus capable de vous arrêter? L’un de nos centres d’aide et de soutien à la désintoxication peut vous aider.